Débroussaillage écologique et maintien de la biodiversité

Le débroussaillage écologique existe bel et bien. Aujourd’hui, et à l’initiative d’éleveurs de plus en plus nombreux d’ailleurs, l’emploi d’animaux pour réaliser certaines tâches ne surprend plus. L’avantage avec cette pratique offre un double bénéfice. En premier lieu, seule leur présence suffit pour accomplir efficacement un chantier. En second lieu, cela permet de faire perdurer des espèces animales qui risquent encore de disparaître.

chèvre experte en débroussaillage écologique

Ainsi, de plus en plus employé pour débroussailler un terrain, l’éco-pâturage dépasse le simple concept du tout écolo. Cette démarche ne correspond pas à un retour en arrière, mais un grand pas vers l’avenir.

Dans de nombreuses villes, le passage à cette pratique se développe depuis environ un peu plus d’une dizaine d’années. Commune, entreprise, association se tournent vers cette proposition pour les travaux de débroussaillement de zone enherbé et envahi.

Les particuliers aussi peuvent  faire appel à ce service pour la réalisation de chantier autour de leur habitation et maintenir en état de propreté leur propriété.

Cette démarche s’avère idéale pour les propriétaires en zone d’O.L.D exigé par arrêté préfectoral. Le terrain continuellement entretenu limite les risques de propagation d’un incendie.

Tout le monde constate à quel point, chèvre, mouton, bovin et autre ruminant peuvent nous rendre de grand service. De l’entretien du jardin jusqu’aux abords des bois, des forêts, des zones difficiles d’accès, ces animaux deviennent des partenaires de premier choix. Leurs contributions participent à l’élimination de la végétation de façon naturelle, efficace et durable.

Cependant, lorsque l’on souhaite maintenir des espaces et conserver certains végétaux avec ce type de méthode, des règles et obligations sont à respecter.

Voyons ensemble dans cet article, qui se veut non exhaustif, les avantages et les inconvénients.

 

Débroussaillage écologique avec des animaux, pourquoi s’y intéresser ? 

Est-ce une mode ? Oui et non ! Oui parce que tout ce qui devient nouveau attire, d’autant plus qu’ici nous parlons d’animaux et d’écologie. La grande majorité des personnes y développe aujourd’hui une vraie sensibilité.

Tonte parfaite avec l'emploi des moutons

Mais aussi non, parce que très vite leur emploi pour débroussailler démontre une efficacité redoutable tant sur le plan économique et environnemental. Les bénéfices qu’offre leur présence étonnent sur le fait de ne pas s’y être intéressé depuis longtemps !

Effectivement, la qualité du débroussaillement réalisé sur les terrains forestiers limite les risques et la propagation d’incendie par exemple. Ces herbivores consomment directement les déchets qui ne se cumulent pas et favorisent le développement des espèces végétales. Le pâturage n’est plus le seul lieu dans lequel nous pouvons les faire évoluer. 

 

Les avantages du débroussaillage écologique 

Employer des chèvres ou des moutons pour un débroussaillage écologique apporte des avantages. Nous pouvons les classer et nous rendre compte de la synergie entre eux.

 

Économique et durable 

Le premier correspond à l’aspect financier. Ainsi, l’économie réalisée avec cette pratique se répercute à plusieurs niveaux.

Pas d’achat de machine (débroussailleuse ; tondeuse). Fini l’utilisation de l’essence, d’huile et de consommable tel que le fil en nylon (microparticule).

Pas d’emploi de produits phytosanitaires (désherbant)

Coûte moins cher que l’intervention d’équipes de travailleurs d’espaces verts spécialisés. Désolé les gars pour cette concurrence, mais une entreprise qui a besoin de faire entretenir 10 000 m² bénéficie d’environ 20 à 35 % d’économie par rapport à un devis classique. Cependant, le particulier avec une surface inférieure à 1000 m² ne trouvera peut-être pas son compte.

– Pour les agents de commune par exemple, limiter les accidents dus à des conditions et expositions dans des zones dangereuses à débroussailler.

– Pas de grève ni de syndicats, travail les jours fériés et même le dimanche. Votre voisin ne se plaindra plus du bruit de vos machines.

 

Débroussaillage écologique et respectueux de l’environnement 

– Assure le maintien de la biodiversité (amende la terre avec leur déjection, ne détruis pas les insectes, ne fais pas fuir les autres animaux).

– Permet la réduction des déchets verts (les broussailles, Kudzu, ronces, glycines, le chardon, l’aubépine, la renouée du Japon, feuille, petite branche, lierre… tout y passe).

– Limite la propagation des espèces invasives comme la berce.

– Ne tasse pas le sol avec leur passage.

 

Peu de contraintes avec le débroussaillage écologique 

– La musique de quelques bêlements et sons de cloche remplace le bruit des machines.

Oublier l’odeur d’essence et des gaz d’échappement.

Demande peu d’entretien (néanmoins, si vous voulez posséder votre propre cheptel, quelques aménagements deviennent indispensables).

S’adapte facilement aux zones escarpées, aux abords à risques, difficilement accessibles (la race à choisir a son importance en fonction de la configuration du terrain).

 

Une dimension ludique, sociale et solidaire 

– Permettre de sensibiliser à la condition animale en rapprochant leur présence dans la cité.

Création de liens de proximité avec les habitants, les familles. De nombreux témoignages démontrent que leur présence au sein d’une entreprise contribue à une dynamique positive. Dans la recherche des prénoms par exemple pour identifier chaque individu du groupe n’apparaissent pas comme des attitudes isolées. En EHPAD ou encore en institut éducatif ou de réadaptation, démontre que leur présence apaise. Une dimension pédagogique peut naître au bénéfice des usagers et pour le plus grand bonheur des chèvres qui sont des animaux très sociables.

– N’oublions pas les éleveurs qui trouvent dans cette pratique des revenus complémentaires pour maintenir leur activité. De plus, cela leur permet de contribuer à la pérennité de certaines races plus rustiques et locales qui sans cela aurait déjà disparu des espèces existantes.

 

Les contraintes du débroussaillage écologique avec des animaux 

Comme nous l’avons déjà fait remarquer, l’emploi d’animaux pour le débroussaillage écologique s’avère peu contraignant. Cependant, accordons-nous sur ce qui est entendu par peu contraignants.

Effectivement, si vous louez vos animaux (oui, tout à fait, vous pouvez louer vos débroussailleuses à quatre pattes), la contrainte s’avère quasiment nulle. Par contre, si vous décidez d’accueillir de façon permanente vos nouveaux collaborateurs, certaines connaissances et logistiques deviennent à minimum indispensable.

  • Des formalités administratives deviennent nécessaires pour héberger vos pensionnaires.
  • La possession des ovins et des caprins demande des suivis sanitaires obligatoires.
  • Une réglementation encadre le transport des animaux.
  • L’habitat ainsi que l’hivernage avec le complément de nourriture s’anticipent (en fonction de la race choisie) pour permettre le bien-être de l’animal.

– Attention à certaines espèces en liberté comme la chèvre. La gourmande ne se limite pas à l’espace que vous imaginez. Les arbres fruitiers, le potager, les haies et autres massifs à fleurs feront le bonheur de leur papille. Un panneau interdit aux chèvres ne suffira pas et l’installation de clôture s’avère indispensable. Cependant, l’espace vital pour leur évolution sur une surface donnée et pour chaque bête du groupe (ce sont des animaux grégaires, comme nous) reste primordial pour leur équilibre.

 

Animaux pour le débroussaillage écologique, lesquels choisir ? 

Vouloir acquérir des animaux pour un débroussaillage écologique exige quelques connaissances. Au-delà de l’aspect technique et réglementaire, connaître vos futurs locataires peut apporter des avantages et limiter les inconvénients.

Ainsi, chaque espèce a ses particularités. Que ce soit en termes de caractère, de robustesse ou de spécificité en fonction du terrain et de la végétation, vous trouverez sans aucun doute la bête rare près de chez vous.

Nous vous présentons des aspects concernant les ovins (mouton) et les caprins (chèvre). Cependant, les bovins, les chevaux et les ânes font autant partie du catalogue de dame nature pour maintenir naturellement les espaces. Les gallinacés par exemple, tels que la « Gallus gallus domesticus » appelé aussi la poule, le lapin, ont tous leur place dans cet écosystème.

 

Les ovins pour le débroussaillage écologique des herbes et pelouses 

En France, on répertorie aujourd’hui plus de 66 espèces d’ovins répandues sur tout le territoire. Cela implique que la plupart des régions possèdent sur leur sol une espèce adaptée pour votre terrain. Pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour trouver votre bonheur.

un mouton qui mange de l'herbe et participe au débroussaillage écologique

En plus, le mouton est un performeur toutes catégories de la tonte à défaut de démontrer une grande intelligence et une attitude affectueuse.

Voici quelques moutons de notre sélection qui satisfont pour ce genre de travaux.

 

Le mouton noir de l’île d’Ouessant 

En premier lieu, voici le mouton noir de l’île d’Ouessant en Bretagne. On peut lui distinguer deux particularités principales.

La première correspond au fait qu’il est le plus petit mouton au monde. Néanmoins, vous ne partirez pas vous balader en le mettant sous votre bras. Son poids pour un bélier peut varier de 13 à 20 kg.

La deuxième caractéristique relevée se distille sur un ensemble de compétences incroyables. Effectivement, malgré sa petite taille et ses gambettes plutôt frêles, ce bougre cache bien son jeu. Ainsi, le Ouessantin est rustique, résiste au froid (-20°) et au chaud, le bruit ne semble pas l’incommoder. C’est un animal avec peu d’exigence qui peut supporter une alimentation rustique. Son aptitude naturelle à manger lui permet de s’occuper de n’importe quelles végétations avec une efficacité redoutable.

 

Le mouton Solognote de Sologne 

Ce mouton, lui aussi un rustique, peut s’adapter aux sols pauvres et humides. Ainsi, peu sensible au piétin, avoir les pieds dans l’eau ne le dérange pas outre mesure. De plus, sa résistance aux parasites lui permet d’être élevé en plein air toute l’année.

 

Les caprins, champion du débroussaillage écologique 

On dénombre en France environ une trentaine de races de chèvre. Malheureusement, plusieurs races de cet animal ont failli disparaître. Effectivement, en comparaison à d’autres espèces, l’industrie ne sait pas beaucoup intéressé à l’exploitation de ses qualités, puisque peu rentable.

chèvre en éco-pâturage pour réalisation du débroussaillage écologique

Pourtant, la chèvre était vue autrefois comme la vache du pauvre et représentait beaucoup d’atouts. Tout d’abord, son lait, qui par rapport au lait de vache, contient une teneur supérieure en magnésium, potassium, calcium, phosphore, vitamine B3 et D.

De plus, cette baroudeuse ne craint pas les endroits escarpés, difficiles d’accès, voire inaccessibles pour l’homme et donc les machines. Sa capacité à dévorer tous les végétaux rend cette débroussailleuse… oups, cet animal, le plus efficace des débroussailleurs naturels. Au revoir le lierre, ronce, plantes indésirables, zone en friche et bonjour aux talus propres, sous-bois bien entretenu.

Encore une chose, même s’y mille détails sont à relever sur les caprins. De façon générale, la chèvre démontre une attitude maligne et joueuse. Plus intelligente que le mouton (sans préjugé), elle demande peu d’entretien. Nous vous présentons quelques chèvres de notre sélection.

 

La chèvre des fossés 

Les Bretonnes restent à l’honneur. Cette race de Bretagne, originaire des rives de la Manche, a plusieurs atouts dans sa barbiche. Tout d’abord sa rusticité est parfaitement acclimatée aux régions océaniques et donc aux conditions douces et humides qui lui conviennent.

Son caractère facile et docile est souvent privilégié par les éleveurs puisqu’elle respecte les enclos. Cette compétence appropriée pour l’éco-pâturage et l’écopastoralisme la classe parmi les chèvres très appréciées pour nettoyer les lieux clos. Dans ce cadre, le bouc castré est de plus en plus prisé vu que sa libido semble se projeter vers la nourriture. De plus, son odeur est moins marquée et son agressivité disparaît au bénéfice d’une meilleure rusticité.

 

La plus petite de toutes, la chèvre naine 

Cette chèvre naine d’environ 40 cm au garrot reste rustique. Agile et tout terrain, son entretien est facile et son efficacité de débroussaillage est reconnue. De plus, son caractère sociable en fait vite la coqueluche de la maison.

 

La Lorraine et la chèvre Poitevine 

Toutes deux se révèlent aussi d’excellente débroussailleuse capable de s’adapter à tout type de terrain, friche et milieux forestiers. En plus, la Poitevine est une remarquable laitière.

 

Débroussaillage écologique, méthode adaptée ou pas ?

Nous pouvons confirmer avec certitude que cette technique de débroussaillage écologique est efficace. Respectueuse de l’environnement, cette pratique apporte des bénéfices pour tous les besoins de nettoyage sur les surfaces moyennes et importantes.

Qu’elles soient boisées comme pour la forêt ou un sous-bois, les abords de rivière et zone difficile d’accès, le partenariat avec ces animaux s’avère gagnant.

Leur intervention permet d’éliminer, de débarrasser, de fertiliser, et toute cette activité est réalisée dans le calme et la sérénité.

Les communes, les bailleurs sociaux, les entreprises avec l’obligation d’entretien de leur espace trouvent des avantages à cette pratique.

 

La main de l’homme reste incontournable 

Cependant, la main de l’homme reste incontournable pour l’aspect esthétique d’un point de vue paysagiste. Nous parlons ici des entrées de bâtiment avec un coin pelouse, les bandes de séparation de parking, les finitions en bordure des massifs. Pour un résultat de propreté impeccable, la chèvre et le mouton ne rivalisent pas.

Ainsi, une coupe parfaite dans un jardin se réalise à l’aide d’une débroussailleuse suivie du passage de la tondeuse. À ce niveau, nous parlons bien de beauté et d’hygiène.

Imaginer la partie de foot dans le jardin entouré de crottes. De la même façon, prenons l’exemple des terrains de golf ou le respect de 3 mm de hauteur est à observer. Les animaux ne se préoccupent pas de ce genre d’obligation.

Néanmoins, est-ce que tous les endroits en herbe justifient ces exigences ? Cela reste une question ouverte pour que chacun puisse définir ses priorités.

 

Notre point de vue sur le débroussaillage écologique 

La bataille pour l’innovation technologique du toujours plus écologique qui fait rage entre les fabricants de débroussailleuses semble louable. Cependant, les énormes budgets marketing employés nous font presque oublier une chose essentielle. La nature nous a déjà donné tout ce dont nous avions besoin.

Il peut paraître antinomique qu’un site comme débroussailleuse-travail puisse écrire un article de ce type. Promouvoir l’utilisation d’animaux plutôt que l’emploi d’outils mécanique n’est pas ici l’idée.

L’ouverture sur des modes opératoires différents apparaît importante pour redonner du sens à nos actions, à nos pratiques. L’aide et la compétence apportées par ses auxiliaires mangeurs d’herbe démontrent une solution simple, efficace pour l’entretien forestier par exemple. Les derniers incendies démontrent cette nécessité dans nos forêts, nos prairies.

Pourquoi rechercher l’intervention humaine alors qu’une armée à quatre pattes n’attend que ça, se régaler en nettoyant des surfaces énormes.

Chez le particulier aussi, cette pratique a tout lieu d’être. Définir les besoins et agir différemment peut vous faire réaliser des économies. Cette démarche participe à une dynamique collective pour le bien commun, animal et végétal.

 

Pour conclure sur le débroussaillage écologique 

Le débroussaillage écologique dépasse la prise de conscience, un peu tardive, des transformations climatiques. Cela nous amène à réfléchir différemment.

Cependant, les changements de comportement sont souvent inscrits dans une relation directe avec les facteurs économiques. Vous le savez, je veux bien modifier mes pratiques tant que cela ne me coûte pas trop cher !

mouton qui se repose

L’industrie moderne nous l’a bien démontré ces dernières décennies. La vision de l’enrichissement rapide a pris le pas sur le bon sens et le bien commun.

Ainsi, prendre une décision peut se résumer à évaluer le prix que cela engendre et délaisser au second plan l’impact collatéral de ce choix. Mais, le fait de réaliser des économies substantielles, immédiates, ne génère pas toujours de bénéfice dans le temps.

L’éco-pâturage percute cette vision puisque cette méthode s’avère dans la majorité des cas plus économique et bénéfique pour l’environnement.

Le débroussaillage écologique démontre l’avantage de sa pratique sur le court, moyen et long terme. Le débroussaillement avec des animaux assure des résultats, dans le cadre de l’entretien des espaces verts.

Leur participation favorise la qualité du sol, la bonification des zones et des espèces. Cette façon de faire dépasse le prisme financier ou écologique pour rejoindre le bon sens.

À chacun de se poser la question de son besoin et de quelle manière ses choix permettent des économies en minimisant l’impact environnemental.

Découvrez d’autre sujets

Quelle débroussailleuse choisir ?

Voici les clés des éléments indispensables à observer pour déterminer quelle débroussailleuse choisir.
Découvrir l'article

Meilleures marques de débroussailleuse

Et si on arrêtait de croire qu’il n’y a qu’une seule marque qui est meilleure que toutes les autres !
La vérité

Berce du Caucase

Espèce considérée comme dangereuse, le contact de sa sève sur la peau exposé au soleil et UV risque de vous faire regretter de ne pas avoir lu cet article.
Se renseigner